Qui nous sommesOù nous travaillonsNotre actionComment nous aider
Nouvelles Internationales Ve, 12/04/2013 - 09:42

République centrafricaine: une crise alimentaire menace le pays après le coup d'Etat

Une crise alimentaire menace le pays
Une crise alimentaire menace le pays après le coup d'Etat

Les pillards sèment le chaos en République centrafricaine (RCA) à la suite du coup d’Etat du mois de mars qui a contraint le président François Bozizé à la démission.

Alors que le chef rebelle Michel Djotodia forme un gouvernement de transition dans la capitale Bangui, le pays se trouve au bord d’une famine.

"L’insécurité alimentaire est très grande", prévient Sarah Terlouw, la directrice de l’International Rescue Committee en RCA. "Après la dernière récolte, les gens avaient constitué des stocks de nourriture et mis de côté des semences pour l'année suivante. Ces réserves ont été pillées."

Les entrepôts d’organisations humanitaires contenant des semences, des outils agricoles et d'autres fournitures ont également été pillés, tout comme plusieurs bureaux de l’IRC. L’IRC et d’autres organisations humanitaires ont été obligées de suspendre temporairement les programmes tant que la situation sécuritaire reste volatile.

"Dans un pays qui est déjà l'un des plus pauvres du monde, la crise aura des conséquences terribles sur la santé et la nutrition à long terme", dit Terlouw.

Les hôpitaux et les centres de santé de la capitale et à l’intérieur du pays ne peuvent plus s'occuper des patients. "Ils n'ont pas de médicaments, ni de moustiquaires, ni de matelas", explique-t-elle. "Les pillards ont pris tout ce qu’ils pouvaient."

Les médecins et les infirmiers ont fui les combats. Tout comme les enseignants et d’autres corps de métiers qui sont perçus comme ayant des liens avec l'ancien régime, ils ont été la cible d'attaques.

"Alors que certains ont pu rentrer après que les premières vagues de violence se sont calmées, " selon Terlouw, "tout le monde vit dans l'incertitude."

"Personne ne sait si la situation va se calmer, ou si les choses vont s'aggraver."


Copyright © International Rescue Committee, 2013